Vous êtes ici

26 Juillet 2016

Rentrée littéraire 2016 : Sophie Bassignac présente "Séduire Isabelle A."

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

Afin de pouvoir visionner cette vidéo, merci de consentir à utiliser les cookies de notre fournisseur vidéo.

La romancière Sophie Bassignac revient en cette rentrée littéraire avec Séduire Isabelle A. (JC Lattès), un roman truculent au sein d'une famille loufoque, empreint d'un humour humaniste et de sa signature : le mélange des genres. Elle nous en dit un peu plus dans cet entretien. 

Sophie Bassignac : une adepte du mélange des genres

 

En cette rentrée littéraire 2016, la romancière Sophie Bassignac a décidé de nous faire du bien ! Dans Séduire Isabelle A. (JC lattès), elle s'amuse à placer son héros, Pierre Réveillon, dans une drôle de situation. Après avoir demandé sa belle Isabelle en mariage, le voilà confronté à son clan, une famille loufoque de libre-penseurs auprès desquels il va manquer périr empoisonné, encorné ou de honte sur une plage de naturistes, certes, mais aussi où toutes ses certitudes vont vaciller... La romancière nous en dit un peu plus sur cet opus jubilatoire et a choisi d'y associer pour nous une chanson, un film, une oeuvre d'art, une couleur et un pays. 

 

Noémie Sudre 

A lire aussi

Replay : retrouvez notre live événement avec Ken Follett

21 Janvier 2022

Ken Follett était en Facebook Live jeudi 20 janvier. L'occasion de nous emmener sur les traces de son roman Le Crépuscule et l'aube paru au...
Palmarès 2021 : Guillaume Musso en tête des ventes de livres en France, suivi de Virginie Grimaldi

20 Janvier 2022

Comme chaque année, Le Figaro a dévoilé le palmarès des écrivains ayant vendu le plus de livres en 2021. Guillaume Musso occupe, pour la onzième...
"La vie qui commence" d'Adrien Borne : un roman magistral sur les profondeurs obscures de la mémoire

20 Janvier 2022

Adrien Borne est de retour en librairie avec un roman poignant : La vie qui commence (JC Lattès). Ou comment la mémoire nous joue parfois des tours...