Vous êtes ici

Un soupçon légitime

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Rentrée littéraire : Jón Kalman Stefánsson présente "Lumière d'été, puis vient la nuit"

Rentrée littéraire : présentation de "La Chienne" de Pilar Quintana

Rentrée littéraire : présentation de "Sublime Royaume" de Yaa Gyasi

Rentrée littéraire : Ottessa Moshfegh présente "Nostalgie d'un autre monde"

Les habitudes de lecture et d'écriture de Tommy Wieringa

Joshua Cohen présente "David King s'occupe de tout"

Rencontre avec Benedict Wells autour de "La Fin de la solitude"

John Boyne présente "Les Fureurs invisibles du coeur"

Samar Yazbek présente "La Marcheuse"

Yaa Gyasi : "L'esclavage continue d'avoir un impact génération après génération"

A lire aussi

British Book Awards : "Queenie" de Candice Carty-Williams bientôt disponible aux éditions Calmann-Lévy

09 Février 2021

Les éditions Calmann-Lévy publient ce 10 février 2021 le roman Queenie de Candice Carty-Williams, élu livre de l'année aux British Book Awards...
Imaginaire : notre sélection de livres de poche pour vous évader

20 Janvier 2021

Qu'ils soient dépaysants ou bien le miroir de notre société actuelle, les romans de fantasy éveillent notre imaginaire en nous transportant dans...
"Sœurs" de Daisy Johnson : le coup de cœur de Raphaëlle Liebaert, directrice littéraire de La Cosmopolite

19 Janvier 2021

Raphaëlle Liebaert, directrice littéraire de la collection La Cosmopolite (éditions Stock), nous présente son coup de coeur de ce début d'année...
Kashima
3.79
24 Avril 2017
Publié sur
Heureusement que ce n'est pas mon premier Stefan Zweig car ça aurait été le dernier! Ce livre est très mauvais psychologiquement, insupportable au point que j'ai fini par le feuilleter et le lire en d.....
Entournantlespages
3.79
20 Mars 2017
Publié sur
J'ai apprécié le style, mais j'ai eu du mal avec le thème...
mancris
3.79
17 Février 2017
Publié sur
Une brève nouvelle qui se lit en retenant son souffle, avec amusement et horreur, ou avec stupéfaction et révérence, comme avec la plupart des livres de Stefan Zweig. La narratrice, Betsy, dénoue e...
4
Publié sur
4
Publié sur
4
Publié sur

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de Lauriane.R
Lauriane.R
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
C'est l'histoire du couple Limpley, qui décide un jour de s'installer dans un petit hameau des environs de Bath, en Angleterre. Mr. Limpley est expansif et manifeste à sa femme un amour, qui, à force d'être sans limites, devient oppressant. Ce couple a tout ce dont il pouvait rêver, excepté l'enfant qu'il n'a jamais réussi à avoir. Betsy, la voisine, tente de parer à une situation qu'elle juge malheureuse pour la jeune femme. Quand lui est proposé un jeune chiot, elle décide de l'offrir au couple, comme compagnon quotidien de Mme Limpley. A sa grande stupeur, c'est Mr. Limpley qui adopte avec le plus d'enthousiasme celui qu'il baptise Ponto. A force de tendresse excessive et d'adoration de la part de son maître, Ponto devient un chien capricieux, qui se comporte en véritable tyran. Cette passion disproportionnée se transformera en drame, à l'arrivée de l'enfant tant attendu. <br> <br> Cette nouvelle angoissante, dans la lignée d'un conte de Maupassant, reflète parfaitement l'étendue du talent de Stefan Zweig, maître du drame psychologique. En partant d'un fait divers sordide, il dresse avec subtilité le portrait d'un homme dont la démesure des sentiments va le conduire à sa perte. Le choix de nous conter la tragédie que va vivre ce jeune couple du point de vue de Betsy donne plus de recul et de profondeur pour comprendre le drame qui se joue sous nos yeux. Les germanistes pourront profiter du texte original, qui suit la traduction française convaincante. Une occasion de prendre conscience que chaque nouvelle inédite de Stefan Zweig est un petit trésor.
Portrait de Axel.M
Axel.M
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Efficace.
Portrait de Marie.V
Marie.V
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
John Limpsey est un homme sympathique. Il est aussi trop... tout. Il épuise sa femme, ses voisins, tout le monde. Sa voisine lui offre un chien, en espérant épuiser une partie de son énergie. Cet acte anodin est la source du drame final... Une nouvelle glaçante et magnifique.
Portrait de laurence.m
laurence.m
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
bof,mise à part que c'est bien écrit, l'histoire est un peu crue, bof bof!!
Portrait de Tasha.L
Tasha.L
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Dans cette nouvelle de Stefan Zweig, nous est présenté un homme nommé Limpley, heureux de vivre, jovial, et enthousiaste qui serait un excellent camarade, convive ou voisin s'il n'était par ailleurs totalement monomaniaque et passablement excessif. A l'entendre, sa vie est un bonheur sans ombre, et bien que son désir d'enfant n'ait pas encore été satisfait après neuf années de mariage, il n'en est pas moins éperdumment amoureux de sa femme. Sa vie est ainsi remplie de cet amour conjugal, jusqu'à ce que des voisins bienveillants lui offre un chien pour le divertir et apporter un peu de tranquillité à son épouse. Il reporte dès lors sur l'animal son attention exubérante, le cajolant et le dorlotant au-delà du raisonnable. Une relation fusionnelle s'instaure entre l'animal et son maître, au point que la bête en devient orgueilleuse et tyrannique. Et un beau jour, l'enfant tant désiré paraît... Une petite fille, si petite et si rose dans son landau, un bijou, une merveille, un trésor, qui devient la nouvelle raison de vivre et la nouvelle obsession de Limpley. L'homme en oublie le chien et le délaisse complètement. Son affection débordante a trouvé un nouvel objet, sa joie de vivre un nouvel épanchement. On assiste alors à un feu d'artifice d'enthousiasme expansif et de sentiments exacerbés...jusqu'au drame aussi prévisible qu'incroyable... On retrouve avec plaisir le style de Zweig, si fluide, si délicat, ses descriptions sensibles et fines des êtres et des situations, son talent d'écrivain qui allie concision et force narrative, avec une maîtrise impeccable du récit, nous conduisant pas à pas vers le dénouement sans rien enlever à la puissance tragique de la conclusion.
Portrait de Nicolas.T
Nicolas.T
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Une histoire tragique mêlée d'un décor anglais précis et bucolique, peinte par un stefan Zweig égale à lui-même, maitrisant le dessin du mystère et de la passion.
Portrait de delphine.b
delphine.b
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Un chef d'oeuvre....effrayant, captivant...un livre qui vous habite pendant longtemps
Portrait de Sophie.M
Sophie.M
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Comme toujours chez Zweig, c'est le mécanisme de la passion qui est disséqué dans cette nouvelle très courte. La narratrice nous relate l'installation d'un couple à proximité de son petit coin de paradis, dans la campagne anglaise près de Bath. Les relations de bon voisinage sont assez vite mises à mal car l'impétuosité de John Limpley est assez fatigante, autant pour sa femme que pour ces nouveaux voisins. C'est pourquoi sa voisine pense à lui lorsqu'on lui propose d'adopter un jeune chiot. Avec la fougue qui le caractérise, il s'ingénu alors à "pourrir" ce jeune chien qui se transforme en tyran le plus naturellement du monde. En effet, on le sait, chacun a des exemples autour de lui, un chien qui prend une place prépondérante dans un nouveau foyer, voire la première place en tout (le canapé, le lit, la gamelle, les attentions...) devient automatiquement un éternel insatisfait, toujours en recherche d'un nouveau pouvoir à acquérir. Tout pourrait être pour le mieux dans le meilleur des mondes, sauf que la famille Limpley va s'agrandir, et toutes les attentions de John se reportent sur sa future descendance. Le chien délaissé devient anorexique, fou de tristesse et de douleur, et il quitte finalement ce foyer où il ne trouve plus sa place. Le fait que ce soit la voisine qui retrace cet étrange épisode donne une puissance d'évocation encore plus forte. On a vraiment le sentiment d'être un réel spectateur de ce désastre annoncé. La fin a beau être prévisible (inclue dans le titre), le récit est sur le fil tout le temps, donne un effet de suspens surprenant...Mais je ne mets que trois étoiles car je suis resté sur ma fin justement, j'ai trouvé ce texte pas assez approfondi, tout est dans la suggestion, dans le non-dit et la supposition. Cette édition a aussi la caractéristique de proposer la nouvelle en français puis en allemand, pour les bilingues ?