Vous êtes ici

Pulphead

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Rentrée littéraire : Jón Kalman Stefánsson présente "Lumière d'été, puis vient la nuit"

Rentrée littéraire : présentation de "La Chienne" de Pilar Quintana

Rentrée littéraire : présentation de "Sublime Royaume" de Yaa Gyasi

Rentrée littéraire : Ottessa Moshfegh présente "Nostalgie d'un autre monde"

Les habitudes de lecture et d'écriture de Tommy Wieringa

Joshua Cohen présente "David King s'occupe de tout"

Rencontre avec Benedict Wells autour de "La Fin de la solitude"

John Boyne présente "Les Fureurs invisibles du coeur"

Samar Yazbek présente "La Marcheuse"

Yaa Gyasi : "L'esclavage continue d'avoir un impact génération après génération"

A lire aussi

"Le Bel au Bois dormant" : quand les princesses volent au secours de leur prince

10 Novembre 2021

Les éditions Stock publient Le Bel au Bois dormant , un recueil de contes signé Karrie Fransman et Jonathan Plackett qui renverse joyeusement les...
Corboland78
2.80
21 Novembre 2013
Publié sur
John Jeremiah Sullivan, né en 1974 dans le Kentucky, écrit pour le New York Times Magazine et diverses autres revues. Il est aussi rédacteur en chef de la section littérature du Sud des Etats-Unis pou...
Apikrus
2.80
26 Août 2013
Publié sur
Les sujets des chroniques du journaliste John Jeramiah Sullivan regroupées dans ce recueil sont variés : musique, peintures rupestres, mouvements de pensée divers. L'intérêt qu'elles ont suscité chez .....

Avis des lecteurs

 
3/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de milca.b
milca.b
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Pulphead m'a constamment accompagnée durant les quelques jours qu'ont duré sa lecture. Le genre de livre qui vous hante toute la journée. John Jeremiah Sullivan est un journaliste qui a regroupé dans Pullhead quatorze chroniques sur l'amérique d'un homme né en 1974. Avec humour et un don évident pour la narration, Sullivan offre une vision différente de l'Amérique. S'il existait en France des journalistes aussi doués, les lire serait non seulement un plaisir mais également des plus formateurs et édifiants sur l'analyse de notre culture. Ce qui ne gâche à rien, c'est que Sullivan a une connaissance pointue de la musique. Je me suis surprise à trouver intéressant des sujets que j'aurais trouvé quelconque auparavant : le rock chrétien, la téléréalité ou la série Les fréres Scott par exemple. Sauf qu'en plus d'en savoir plus que le rock chrétien, Sullivan nous raconte ce que c'est qu'être un jeune américain athée dans un environnement ultra religieux . Quand il parle de la téléréalité, il se penche sur le cas des participants eux-mêmes qui prolongent les années étudiantes en restant comme coincés entre la réalité et le rêve. Quand il parle des frères Scott c'est pour dire qu'il a loué sa maison pour le tournage de la série et qu'il a vendu une partie de ses idéaux contre le paiement des échéances de son prêt. J'ai été juste passionnée quand Sullivan raconte son approche et l'interview que lui a accordé Bunny Wailer ! Bunny Wailer des Bob Marley and the Wailers. Maintenant, j'ai l'impression de connaitre presque intimement Axl Rose des Guns N'Roses. John Jeremiah Sullivan part à la quête de la culture américaine avec passion. Il est une partie de la pop-culture et humblement s'offre sans jugement à nous pour atteindre une compréhension moins élitiste, moins intellectualiste que ce que j'ai pu lire jusque maintenant. Forcément, j'ai pensé à David Foster Wallace, cet homme d'une grande sensibilité qui a essayé d'aider les autres en les amenant à se connaitre mieux. Je suis partagée entre l'envie de vous en dire plus et l'envie de vous forcer à le lire : vous aimez la culture américaine ? vous aimez la musique ? vous avez de l'humour ? Vous regrettez que Nick Hornby ne soit pas plus prolifique ? Vous adorerez certainement ce recueil de chroniques.
Portrait de fabienne.r
fabienne.r
1/5
03 Avril 2015
Publié sur
J'avais particulièrement été attirée par la 4è de couverture. C'était prometteur : On allait me parler de Mickael Jackson, de Gun's and Roses Résultat : Et bien hormis peut-être Mickael Jackson , je n'ai pas du tout accroché, mais alors pas du tout. Les chroniques sont longues, sans intérêt : ni sur la forme, ni sur le fond. Et pour le coup, même pour la chronique sur M.Jackson...faire une bio sur 20 pages, c'est peu. La déception totale
Portrait de Laurence.N
Laurence.N
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
J'avais très envie de lire Les chroniques de Pulphead mais finalement je me suis pas mal ennuyée, j'en ai même zappé quelques unes ! Dommage j'étais persuadée que j'allais découvrir un côté caché et fascinant de la culture américaine. John Jeremiah Sullivan est gentil, il aime tout le monde, du vieil écrivain presque sénile et limite pervers au jeune gagnant de téléréalité qui passe ses soirées en boîte à ne rien faire ! J'ai appris l'existence du rock chrétien, dont je ne vois pas trop l'utilité comme genre musical puisque si j'ai bien compris le répertoire se compose de reprises de morceaux de rock pas chrétien ! C'est aussi l'occasion de cotoyer quelques célébrités, Axl Rose (dont l'auteur est un grand fan!), Bunny Wailer, dernier survivant du groupe de Bob Marley ou Michael Jackson, mais pas de grand scoop !