Vous êtes ici

Onglets livre

à voir

Rentrée littéraire : Jón Kalman Stefánsson présente "Lumière d'été, puis vient la nuit"

Rentrée littéraire : présentation de "La Chienne" de Pilar Quintana

Rentrée littéraire : présentation de "Sublime Royaume" de Yaa Gyasi

Rentrée littéraire : Ottessa Moshfegh présente "Nostalgie d'un autre monde"

Les habitudes de lecture et d'écriture de Tommy Wieringa

Joshua Cohen présente "David King s'occupe de tout"

Rencontre avec Benedict Wells autour de "La Fin de la solitude"

John Boyne présente "Les Fureurs invisibles du coeur"

Samar Yazbek présente "La Marcheuse"

Yaa Gyasi : "L'esclavage continue d'avoir un impact génération après génération"

A lire aussi

Imaginaire : notre sélection de livres de poche pour vous évader

20 Janvier 2021

Qu'ils soient dépaysants ou bien le miroir de notre société actuelle, les romans de fantasy éveillent notre imaginaire en nous transportant dans...
"Sœurs" de Daisy Johnson : le coup de cœur de Raphaëlle Liebaert, directrice littéraire de La Cosmopolite

19 Janvier 2021

Raphaëlle Liebaert, directrice littéraire de la collection La Cosmopolite (éditions Stock), nous présente son coup de coeur de ce début d'année...
British Book Awards : "Queenie" de Candice Carty-Williams bientôt disponible aux éditions Calmann-Lévy

21 Décembre 2020

Les éditions Calmann-Lévy publieront le 10 février 2021 le roman Queenie de Candice Carty-Williams, élu livre de l'année aux British Book Awards...
mjaubrycoin
3.35
07 Avril 2016
Publié sur
Tout sourit à Leo Pontecorvo, praticien réputé en cancérologie pédiatrique qui enseigne à l'université et tient une chronique journalistique dans un grand quotidien. Marié à l'efficace Rachel, il a de.....
Crazynath
3.35
29 Mars 2016
Publié sur
Persecution : un titre évocateur, une histoire qui laisse une drôle de sensation, une fois la dernière page tournée... Quelle histoire, et quelle plume !! Je ne connaissais pas du tout l'auteur, Ale.....
michfred
3.35
04 Mars 2016
Publié sur
"La calomnie...(...) D'abord un bruit léger, rasant le sol comme une hirondelle avant l'orage.... telle bouche le recueille, et, piano, piano, vous le glisse en l'oreille adroitement ; le mal est fait.....

Avis des lecteurs

 
3/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de christin.c
christin.c
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Quand le brillant professeur Pontecorvo, pédiatre de surcroit, est accusé de pédophilie par la petite amie de son fils de 12 ans, sa vie discrete et formalisée se brise et il plonge dans une torpeur pathologique qui va le perdre. Ce livre est un délice, on sombre avec le héros et on tente de comprendre ce dysfonctionnement qui conduit cette homme brillant à une telle déchéance. L'auteur nous montre le cynisme d'une société d'apparence ou l'injustice est aveugle et le "qu'en dira-t-on" directeur de conscience. Génial.
Portrait de Céline.E
Céline.E
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Je referme à l'instant " Persécution ", prix du meilleur livre étranger 2011 et je ne sais trop quoi en penser. Je suis au moins sûre de deux choses : 1) L'histoire est secondaire : vous n 'y trouverez pas de suspense, mais des temps morts et des digressions pire que quand ma mère me raconte sa journée. Vous n'y trouverez pas de lettres empoisonnées à la ricine non plus, pas de Glenn Close borderline, et encore moins de Michael Douglas au bord de la crise de nerfs, juste quelques mots écrits à l'encre violette par une gamine de 12 ans qui les dépose dans le tiroir à chaussettes du père sexy de son petit ami dont elle s'est entichée et qui finit -on ne comprend pas vraiment comment- par intimider ce grand cancérologue de 48 ans à un tel point que celui-ci ne plus la saquer. Il fait l'erreur fatale , immature, stupide, de répondre à quelques unes de ses lettres avant de ne plus y répondre du tout et, la petite se sentant rejetée, elle les utilise contre lui. Voilà une bien longue phrase pour vous expliquer que, si vous choisissez ce roman comme compagnon de plage, n'espérez surtout pas le grand frisson, hein, c'est pas Liaison Fatale, non mais oh ! What did you expect ? La prépubère n'est d'ailleurs présente que dans un seul des quatre chapitres et j'ai pour ma part été relativement déçue par le manque d'épaisseur de ce personnage qui en méritait bien plus étant donné le contexte, quoi, crotte de nez . 2)L'histoire est secondaire car le but de l'auteur n'est pas d'écrire un roman à suspense ou un thriller psychologique tordu mais plutôt de faire une critique acerbe de la société (c'est tellement plus marrant), une critique qui aurait pu être intéressante si Piperno ne s'était pas contenté d'enfoncer des portes ouvertes : les médias sont pourris-méchants-pas beaux, la justice est aléatoire, on pratique à donf la culture de l'apparence, et les prisons sont dégueulasses. Même la famille en prend pour son grade : " C'est incroyable comme les familles s'habituent tout de suite à leur propre hypocrisie. Comme il suffit de peu pour devenir hypocrite. " Dans l'ensemble, je me suis ennuyée (beaucoup, vraiment trop vers la fin, une fin que je n'ai pas comprise), notamment parce que je n'ai éprouvé aucune sympathie pour Leo Pontecorvo, pauvre, pauvre petit bourgeois trop lâche découvrant l'injustice du monde/de la vie : bouh. Nan mais rendez-vous compte! Rachel ne veut même plus lui adresser la parole depuis qu'elle a appris qu'il fricotait avec la copine de son fils! Et dire que d'habitude c'est toujours elle qui fait le premier pas vers la réconciliation quand ils se disputent :(. Trêve d'ironie. Ce qui m'a dérangée, c'est que le personnage ne peut s'en prendre objectivement qu'à lui-même mais qu'il ne se gêne pas, dans son délire paranoïaque, pour blâmer le monde entier. Pontecorvo est soi-disant trop abasourdi pour s'expliquer, trop dévasté et honteux pour avoir le courage d'être enfin honnête avec sa femme, ses enfants. Sa réaction n'est pas crédible. Et puis, si le coup du mystérieux narrateur (car il y a un mystérieux narrateur qui dit des choses comme "moi, le mystérieux narrateur, c'est à vous que je m'adresse, blablabla..." -j'abuse un tout petit peu) a éveillé ma curiosité au départ, grande fut ma déception quand j'ai compris que l'on en saurait pas plus sur lui ni d'ailleurs sur les non moins mystérieux dessins que quelqu'un (sa femme? Filippo? Samuel?) glisse régulièrement sous sa porte? N'ayant pas l'intention, de peur d'être encore flouée, de lire le deuxième volet du dyptique, j'imagine que je n'aurai jamais de réponses à mes questions. Si jamais vous pouvez m'aider, merci de laisser un message dans les commentaires ou de vous taire à jamais. "Persécution" : pourquoi je ne remercie pas Simone.