Vous êtes ici

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Rentrée littéraire : Jón Kalman Stefánsson présente "Lumière d'été, puis vient la nuit"

Rentrée littéraire : présentation de "La Chienne" de Pilar Quintana

Rentrée littéraire : présentation de "Sublime Royaume" de Yaa Gyasi

Rentrée littéraire : Ottessa Moshfegh présente "Nostalgie d'un autre monde"

Les habitudes de lecture et d'écriture de Tommy Wieringa

Joshua Cohen présente "David King s'occupe de tout"

Rencontre avec Benedict Wells autour de "La Fin de la solitude"

John Boyne présente "Les Fureurs invisibles du coeur"

Samar Yazbek présente "La Marcheuse"

Yaa Gyasi : "L'esclavage continue d'avoir un impact génération après génération"

JMLire17
3.60
02 Juillet 2017
Publié sur
Au delà de l'intrigue, et de la passion amoureuse qui dévore les personnages, passion sensuelle et charnelle, ce roman nous dévoile merveilleusement l'inde d'aujourd'hui, mais également celle d'avant .....
frandj
3.60
22 Décembre 2016
Publié sur
Dans ce roman, le narrateur raconte l'histoire du couple qu'il a formé avec Fizz et qui est en train de se défaire. Il y a beaucoup de thèmes dans ce très gros livre: les relations amoureuses et l'éro.....
banny
3.60
25 Septembre 2016
Publié sur
lCe roman du desir, de l'érotisme m'a emporté. En Inde: quel dépaysement . .;.Un roman original, evoutant, résolument nostalgique. Un ecriture et une traduction remarquable...
Gilles
5
Publié sur
Quelle puissance dans la narration de cette passion entre l'auteur, journaliste, et sa compagne ! Passion charnelle, décrite sans fioriture et qui semble pouvoir durer une éternité. Ce n'est pas le cas lrosque le narrateur découvre dans une maison que le couple vient d'acheter des carnets étranges qui vont l'entraîner vers l'abîme. Destruction du couple, jusqu'à un point de non retour, puis de lui-même. C'est merveilleusement bien écrit, les 700 pages se lisent avec un plaisir et une frénésie rarement égalées...
lsbn69
1
Publié sur
L'histoire est un peu tirée par les cheveux mais le roman est très bien écrit et l'ambiance charnelle. Mais ce livre est désespérement long avec des descriptions inutiles à n'en plus finir. Sur les 700 pages du livre, seules 250 sont utiles...
5
Publié sur

Avis des lecteurs

 
3/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de virginie.n
virginie.n
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
Encore une fois je me suis laissée prendre par la quatrième de couverture et aussi peut-être par les chroniques enthousiastes lues par ci par là. Donc, ce fut sous les meilleures auspices que j'entrepris cette lecture. Quelle déception! Il a fallu que j'atteigne la page 376 pour que le récit commence à avoir un semblant d'intérêt, intérêt qui retomba vite 50 pages plus loin (au fait le roman fait presque 700 pages...). Avant cette fameuse page 376, le narrateur fait l'éloge du sexe et de sa vie en Inde. Il ne se rend même pas compte qu'il fait l'éloge de l'ennui, et la répétition de ses étreintes charnelles avec son épouse bien soumise comme il faut m'a plus d'une fois endormie alors que je suis insomniaque! La découverte des carnets promis dans la quatrième de couverture et qui semble-t-il vont mettre son amour en danger, se fait bien tard. Dès lors, l'auteur utilise le roman à tiroirs et raconte l'histoire de cette fameuse Catherine, mariée par convention à un ami homosexuel. Le reste n'est que sexe, pas toujours bien écrit, et succession de décors "made in Bollywood"...La version selon laquelle le narrateur se détache de son épouse tant il est subjugué par l'américaine de papier, n'est à aucun moment crédible. En fait, le gros défaut de ce roman est bien le manque de crédibilité qui rend l'histoire bancale. Cependant, pour justifier aussi ma seconde étoile, de temps en temps, on trouve de beaux passages, des fulgurances littéraires qui héla n'excèdent jamais deux trois lignes, et sont "écrasées" par un style plat ponctué de citations douteuses ne faisant même pas sourire. Non non, je ne suis pas coincée, simplement je suis déçue et comme toujours, à ces moments là, la citation de Paulhan me revient: "le livre que c'est pas la peine". Vite lu, vite oublié? Même pas, mais plutôt: lecture courageuse non récompensée.
Portrait de Thérèse.B
Thérèse.B
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Et bien moi, j'ai aimé. Trop long bien sûr mais page après page on entre dans un monde loin, si loin.
Portrait de Alex..
Alex..
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
Loin de Chandigarh comporte des (grosses) longueurs, et c'est dommage parce que ce livre est intrigant. C'est un livre qui se mérite au prix d'un effort pour ne pas s'arrêter en chemin, au pied d'un palais indien. Le tout est de savoir si le jeu en valait la chandelle, pas sûre...