Vous êtes ici

Les Patriarches

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

5 infos sur l'adolescence avant Internet avec Nora Hamzawi

L'interview Toute première fois avec Sarah Biasini

"Né d'aucune femme" - Dans les coulisses de la version audio du roman de Franck Bouysse

L'interview Toute première fois avec Adrien Borne

Lire et écrire avec Diane Mazloum

Diane Mazloum présente "Une piscine dans le désert"

Rentrée littéraire : les éditions JC Lattès présentent leurs livres en vidéo

Rentrée littéraire : les éditions Stock présentent leurs livres en vidéo

Rentrée littéraire : Nicolas Deleau présente "Des rêves à tenir"

Rentrée littéraire : Isabelle Carré présente "Du côté des Indiens"

A lire aussi

19 Octobre 2017

Organisé par le Parisien Magazine et parrainé par Laurent Ruquier, le prix Grands destins a été remis ce mercredi 18 octobre à Anne et Claire Berest...
Événement : Éliette Abécassis sera en Facebook Live mercredi 14 avril à 19h

09 Avril 2021

Éliette Abécassis, auteure d' Instagrammable (Grasset), sera en live sur notre page Facebook mercredi 14 avril à 19h...
Aurélie Valognes est de retour en librairie !

30 Mars 2021

À bas la morosité ! Aurélie Valognes est de retour en librairie avec deux romans lumineux : Le Tourbillon de la vie (Fayard) et Né sous une bonne...
lautrus
2.50
27 Novembre 2014
Publié sur
Roman écrit en 3 parties Première partie : Patrick Maisse La pathétique Denise, jeune fille effacée, mal attifée, triste et renfermée, est la fille d'un acteur de cinéma homosexuel des années 80, Pa.....
tilly
2.50
03 Novembre 2012
Publié sur
Beaucoup moins limpide et accrocheur (ce ne sont pas forcément des qualités romanesques) que le premier très bon roman d'Anne Berest (La Fille de son père), celui-ci doit son charme puissant à la fasc.....
jostein
2.50
01 Octobre 2012
Publié sur
Denise a 22 ans lorsqu'elle découvre le monde du travail pour un job d'été auprès du photographe Bertand Quentin d'Aumal, l'amour et le sexe, mais la drogue aussi auprès de sa mère Matilda et de ses n.....

Avis des lecteurs

 
2/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de Jostein.S
Jostein.S
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
Denise a 22 ans lorsqu'elle découvre le monde du travail pour un job d'été auprès du photographe Bertand Quentin d'Aumal, l'amour et le sexe, mais la drogue aussi auprès de sa mère Matilda et de ses nouvelles rencontres. Mais ce qui l'intéresse par dessus tout est de découvrir une partie cachée du passé de son père, Patrice Maisse, acteur sans succès des années 80, mort d'une overdose en 1999. " Patrice était un être réel qui se pensait construit comme un être de fiction, il était nourri d'un spectacle, qui ressemblait à sa vie, mais dont la dimension était différente." Pour cela, elle rencontre Gérard Rambert, un marchand d'art qui a bien connu son père pendant cette période mystérieuse de 1985. Le livre se décompose en deux parties assez inégales. Les deux premiers tiers du livre sont consacrés à l'enquête de Denise et à son apprentissage. La seconde partie lèvera le mystère sur ces fameux mois de l'année 85, tout en révélant aussi des évènements qui vont éclairer la personnalité de Denise. La première partie semble souvent un verbiage creux, servi dans un style parlé peu littéraire. Les personnages sont soit des précieux ridicules comme le photographe ou des déviants, des drogués, des prétentieux misogynes. " Comment cette provinciale à moitié laide, à moitié bien roulée, pouvait-elle refuser son invitation?" La dernière partie se révèle être une vision éclairée des centres de désintoxication du Patriarche, Lucien Engelmajer. Ces centres reconnus par l'Etat, créés en 1972, soignaient les toxicomanes par des méthodes naturelles et par intégration dans du travail collectif. En 1995, cette organisation qui prétend même guérir le sida, est reconnue pour ses dérives sectaires. Le milieu des artistes pervertis des années 60 à 80 peut me séduire quand l'auteur traite leurs dérives avec humilité et psychologie mais j'ai du mal à le supporter quand ceux-ci sont imbus de leur personne et enclin à se gausser de ceux qu'ils considèrent plus faibles comme les femmes, les personnes différentes. Cependant, rêveurs et utopiques, ils ne se sont pas souciés de leur génération future. " Cette descendance gâtée, amoureuse d'elle-même, couvée par une génération écrasée par la guerre, n'avait pas su quoi faire de la suivante." Le ton est ici caustique, les récits peuvent être crus et les pensées vulgaires mais je reconnais que cela est nécessaire afin que l'auteur colle à son sujet. La seconde partie est plus intéressante puisqu'elle dénonce une organisation ambiguë qui a certes soigné de nombreux toxicomanes mais qui a dévié, justement vers 1985, de son but humaniste pour se tourner vers le profit facile de l'endoctrinement sectaire. L'ensemble donne un roman déséquilibré où l'atmosphère malsaine est assez pesante.