Vous êtes ici

La Femme du tigre

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Rentrée littéraire : Jón Kalman Stefánsson présente "Lumière d'été, puis vient la nuit"

Rentrée littéraire : présentation de "La Chienne" de Pilar Quintana

Rentrée littéraire : présentation de "Sublime Royaume" de Yaa Gyasi

Rentrée littéraire : Ottessa Moshfegh présente "Nostalgie d'un autre monde"

Les habitudes de lecture et d'écriture de Tommy Wieringa

Joshua Cohen présente "David King s'occupe de tout"

Rencontre avec Benedict Wells autour de "La Fin de la solitude"

John Boyne présente "Les Fureurs invisibles du coeur"

Samar Yazbek présente "La Marcheuse"

Yaa Gyasi : "L'esclavage continue d'avoir un impact génération après génération"

Myrinna
3.25
06 Juin 2016
Publié sur
L'idée de base était intéressante mais il y a un gros hic dans le scénario…. Un résumé prometteur mais qui pourra en faire des déçus par le déroulement de l'histoire. En effet, on démarre avec cette N.....
DandeGre
3.25
12 Septembre 2014
Publié sur
Un univers à la Kusturica ! Premier roman d'une jeune romancière américaine qui n'a perdu le lien avec ses origines Balkaniques, elle évoque à merveille les histoires, les légendes, le folklore d'une.....
zinemartin
3.25
26 Juillet 2014
Publié sur
La narratrice est médecin humanitaire dans un pays d'ex-Yougoslavie. Elle relate l'ambiance laissée par la guerre et nous conte la vie de son grand-père qui vient de décédé. Roman entremêlé de contes,.....

Avis des lecteurs

 
3/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de Anaïs.D
Anaïs.D
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Ce n'est pas vraiment mon genre habituel de lecture, mais je ne regrette pas d'avoir ouvert ce livre. Le plus surprenant, c'est qu'il n'y a pas d'intrigue. Enfin, pas d'intrigue dans le sens où on l'entend généralement. C'est plus une saga familiale où une jeune fille retrace la vie de son grand-père et surtout son enfance inextricablement liée à " la femme du tigre ". Cette lecture, au final, est une succession de petites histoires où l'on ne peut pas vraiment démêler le vrai du faux, et qui à plus d'une reprise m'ont fait sourire. En commençant ma lecture je ne savais pas à quoi m'attendre, et c'est la surprise de la découverte qui fait tout le charme de ce roman, je ne vous en dirais donc pas plus ... Le principal intérêt de ce livre est finalement qu'il m'a permis de découvrir une culture, un mode de vie, un contexte particulier mais aussi et surtout des croyances, car c'est un peuple très superstitieux que nous présente Téa Obreht. Ils sont prêts à croire beaucoup de choses, même ce qui est difficilement " croyable ". Par exemple, l'histoire de l'homme-qui-ne-mourra-pas. Très intéressante - elle m'a rappelé un conte de ma jeunesse et son titre " honorifique " est très explicite - mais on peut difficilement croire que ce soit possible. Niveau personnage, Natalia est touchante et intéressante. J'ai apprécié la découverte de son pays et de sa culture alors qu'elle nous raconte sa propre histoire. Elle est plus terre-à-terre que ses congénères et j'ai donc aimé la voir être confrontée aux contes et légendes de son peuple. C'est un personnage plein de profondeur tout comme le grand-père qui - à travers les yeux de sa petite fille - m'a paru vraiment sympathique. Au final, c'est une lecture agréable, mais elle ne me laissera tout de même pas un souvenir impérissable. Je pense que le manque " d'intrigue " y est pour quelque chose même si cela m'a beaucoup intéressée de lire ce livre pour en apprendre plus sur ce peuple et cette région du monde.
Portrait de Yaelle.Z
Yaelle.Z
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Ce livre est un véritable voyage. Dans l'ex-Yougouslavie, une jeune femme doit faire le deuil de son grand-père. Elle évoque à la fois ses souvenirs de jeunesse, mais aussi les histoires qui ont marqué la vie de son grand-père, telles que celui-ci les lui a racontées. Comme dans toute vie humaine, celui-ci a vécu deux histoires qui ont marqué sa vie : celle de la femme du tigre, et celle de l'homme qui ne meurt jamais. Dans ce livre, les légendes côtoyent la réalité, les fantômes maudissent ou protègent les vivants. Un livre comme un conte. En lisant le passage concernant l'histoire de la femme du tigre, j'ai eu l'impression de lire du Grimm. De ces contes merveilleux et cruels, qui se réveillent dans les bruits de la nuit et les ombres du jour.
Portrait de virginie.n
virginie.n
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Dans un pays des Balkans jamais nommé mais qu'on soupçonne fortement être l'ex-Yougoslavie, Natalia, la narratrice, médecin en mission humanitaire dans les montagnes, apprend que son grand père est décédé. Lui aussi médecin, il avait caché sa maladie et avait prétexté un voyage pour mourir seul. Natalia et son grand père avait une forte relation; il l'emmenait invariablement, chaque semaine, voir les animaux du zoo, notamment le tigre, qui, semble-t-il avait une symbolique particulière sur lui. De plus, il lui racontait les histoires et légendes de son pays, contrée marquée par des superstitions et des croyances diverses et variées, transmises de génération en génération. "Tout ce qu'il faut savoir pour comprendre mon grand-père tient en deux histoires: celles de la femme du tigre et de l'homme-qui-ne-mourra-pas.(...) L'une d'elle (...) explique dans quelles circonstances il est devenu un homme; une autre, qu'il m'a lui-même transmise, raconte comment il est redevenu un enfant." Vivre dans un pays en proie à des conflits armés incessants fait que chacun développe sa propre stratégie "d'évasion" pour résister nerveusement. En effet, "la guerre chamboula tout. Une fois dissociées, les composantes de notre ancien pays perdirent leurs caractéristiques de jadis, du temps où elles formaient les parties d'un tout. Ce qui était jusque là commun -les mots, les écrivains, les scientifiques, les anecdotes- nous dûmes nous les répartir et nous les réapproprier." Ainsi, pour Natalia, les histoires de son grand père servent de refuge... Dans ce roman étrange, qui fait penser au"Livre des Nuits" de Sylvie Germain, l'auteur a mélangé croyances, superstitions, histoire familiale. Il n'y a pas à proprement parler d'intrigue, mais la trame fictionnelle fonctionne et reste cohérente de bout en bout. Natalia est celle qui rassemble des bribes de récits dont le tigre, évadé du zoo lors des bombardements, devient le symbole. Le lecteur se prend facilement au jeu et se laisse emporter par trois histoires originales racontées avec un style enlevé et facile à lire à la fois. Une belle découverte
Portrait de Françoise..
Françoise..
1/5
03 Avril 2015
Publié sur
Téa Obreht, dans La Femme du Tigre, nous conduit dans les Balkans. La narratrice, Natalia, participe à une campagne de vaccination dans un orphelinat lorsqu'elle apprend le décès de son grand-père auquel elle était très attachée. Les souvenirs des moments passés avec lui vont se bousculer dans sa tête et elle va se remémorer les nombreuses histoires que ce dernier n'avait de cesse de lui transmettre. Natalia va au cours de son récit rattacher les superstitions et croyances auxquelles elle est confrontée à ces contes. Je dois avouer que la lecture de ce roman m'a laissée perplexe. Je reste avec un sentiment étrange de m'être complètement perdue dans ce récit alors que celui-ci me semblait très prometteur à la lecture de la quatrième de couverture. Descriptions et développements beaucoup trop longs qui n'apportent rien à l'histoire, une succession de récits... Je suis complètement passée à côté de l'histoire.
Portrait de aurélie.M
aurélie.M
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Oscillant entre l'histoire d'une jeune docteur et celle de son grand-père pendant la guerre, le livre raconte le travail de mémoire de la nouvelle génération. Il y a focalisation sur l'évasion du tigre pendant la guerre que l'on ne reverra pas par la suite, mais qui laissera des traces de son passage. On croise alors la route de personnages hauts en couleurs comme la femme du tigre, sourde-muette et enceinte alors qu'elle n'a plus de mari, Gavran Gailé, l'homme-qui-ne-mourra-pas, ou le grand père de la narratrice lorsqu'il était enfant. Un ouvrage qui fait découvrir la Serbie en douceur et nous offre un voyage dur mais nécessaire.