Vous êtes ici

La Confusion des sentiments

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Rentrée littéraire : Jón Kalman Stefánsson présente "Lumière d'été, puis vient la nuit"

Rentrée littéraire : présentation de "La Chienne" de Pilar Quintana

Rentrée littéraire : présentation de "Sublime Royaume" de Yaa Gyasi

Rentrée littéraire : Ottessa Moshfegh présente "Nostalgie d'un autre monde"

Les habitudes de lecture et d'écriture de Tommy Wieringa

Joshua Cohen présente "David King s'occupe de tout"

Rencontre avec Benedict Wells autour de "La Fin de la solitude"

John Boyne présente "Les Fureurs invisibles du coeur"

Samar Yazbek présente "La Marcheuse"

Yaa Gyasi : "L'esclavage continue d'avoir un impact génération après génération"

A lire aussi

"Adieu l’Europe": le biopic de Stefan Zweig au cinéma

02 Août 2016

Près de soixante-quatorze ans après sa mort, Stefan Zweig est mis à l’honneur dans un film basé sur sa vie, et plus particulièrement sur son...
Gwenaweb
4.17
04 Juillet 2017
Publié sur
La confusion des sentiments a bien confusé les miens. J'avais été séduite par la manière de raconter de Zweig avec Le joueur d'échecs, et Vingt-quatre heures de la vie d'une femme me fait de l'oeil de.....
Palmyre
4.17
12 Juin 2017
Publié sur
Récit d'un vieux professeur qui se remémore sa rencontre avec un illustre enseignant d'université alors qu'il n'était lui même qu'un tout jeune étudiant. Fasciné par cet orateur, il va consacrer son .....
Levant
4.17
30 Avril 2017
Publié sur
Autant que le style admirable de Stefan Zweig, la subtile construction de ses intrigues participe à la qualité de ses ouvrages. Celle de la confusion des sentiments, reposant comme souvent chez cet au...
Anonyme
5
Publié sur
Un livre magnifique qui peut dérouter certains mais que je trouve génial; c'est du Zweig évidemment... ! Dans ce livre, l'histoire débute calmement : Zweig qui se met à la place d'un vieux professeur se souvient de la relation qu'il eu avec celui qui lui a donné goût à l'étude , et il commence donc a décrire sa folle et impétueuse jeunesse puis petit a petit Zweig fait monter l'intrigue à la manière des drames grecs. Tout est non-dit. Et on se retrouve pris au piége dans la révélation finale. On n'est plus pareil en refermant ce livre...
SIRENE
4
Publié sur
Un vieux professeur nous conte dans ce roman les émotions confuses qu'ont suscitées en lui un professeur rencontré au cours de ses études.Roman tout en délicatesse, d'une actualité troublante. Un secret douloureux à révéler qui marquera Roland, ce vieux professeur, réceptacle des confidences et des sentiments dont il est l'objet. Incontestablement, Zweig est un auteur à lire...
5
Publié sur

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de Boulie.B
Boulie.B
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Incomparable Zweig... Une plongée abrupte dans les méandres de la complexité des relations humaines. De la passion, de l'incompréhension, de la manipulation -mais si subtile qu'on finit par douter du manipulateur et du manipulé !-, de la naïveté, de la brutalité mais tellement d'amour. Je n'ai pas le souvenir d'avoir jamais lu une œuvre équivalente sur l'homosexualité. Cette ronde capricieuse des sentiments, son ambigüité, le poids de la société et de la morale, la gêne du regard des autres... Et la fin du récit est plutôt magistrale dans son genre : le dénouement et toute la passion, le trouble et la souffrance que l'auteur dévoile est admirable. Un sujet audacieux pour son époque, un traitement sans vulgarité ni malaise, une confusion de sentiments... A (re)lire absolument !
Portrait de Tasha.L
Tasha.L
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Roland est fasciné par son professeur de littérature anglaise qui lui a ouvert les portes de la connaissance. Le professeur ne tarde pas à s'intéresser à cet élève qui lui voue un véritable culte. Comme ils habitent le même immeuble, ils se voient quotidiennement pour discuter littérature. Ce professeur a aussi une femme, beaucoup plus jeune que lui. Roland perçoit que la relation du couple est très tendue. Il est attirée par cette femme à l'allure juvénile qui semble vouloir le protéger de son mari. Zweig, ami de Freud, est un maître de l'analyse psychologique. Son jeune Roland, qui vient de passer un semestre à Berlin, se perdant quelque peu dans les plaisirs de la vie nocturne, demeure malgré tout un jeune homme inexpérimenté qui cherche avec force à donner sens à sa vie. La littérature vient combler son besoin d'idéal. Et tout irait pour le mieux si sa recherche ne devenait une passion destructrice pour ne pas dire une obsession monomaniaque que son professeur entretient et alimente. Plus encore, Roland ne vit que pour son mentor : il est obnubilé par cet homme qui lui semble porter quelques terribles secrets peu à peu révélés par le roman. Comme on le devine dans la plupart de ses écrits, Zweig aime les êtres en crise. Il décrit un adolescent à la croisée de tant de sentiments, qui n'a pas encore une personnalité définie, un être en construction... et donc un être vulnérable, impressionnable, neurasthénique, perdu entre ses aspirations intellectuelles et ses attirances physiques, qui s'est créé un univers en retrait qui ne résistera pas à l'épreuve de la réalité. La force du récit tient à la complexité de ce moment de vie, déterminant dans la vie de Roland, à la finesse de la description psychologique, à l'intelligence du propos sur la littérature et l'art en général. Un peu aussi à la réflexion sur la relation maître-élève et sur la morale bourgeoise. Roland est lui-même le narrateur du récit. Au terme d'une vie couronnée de succès, il entreprend de revenir sur ce moment clef de sa vie, observé avec le recul des années. Le récit est construit comme un long retour en arrière et ce décalage permet une analyse précise, rigoureuse, distanciée qui nous entraîne au plus profond de l'âme humaine.
Portrait de Françoise.M
Françoise.M
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
A lire et relire. Toujours d'actualité. Adolescence et recherche d'un modèle. Amitié et passion. Homosualité.
Portrait de David
David
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
Déçue par ce premier roman que je lis de Stefan Zweig. Une très belle écriture mais une intrigue ennuyeuse. Un étudiant pris de passion pour son maître et qui se découvre une soif d'apprendre. Une centaine de page sur cette passion... Heureusement d'ailleurs que ce n'est qu'une centaine de pages. Non que ce soit déplaisant à lire, juste ennuyeux. http://aufildeslectures.wordpress.com/2011/01/06/la-confusion-des-sentiments/
Portrait de Sophie.M
Sophie.M
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Roland est à la fin de sa vie professionnelle lorsque ses collègues lui offrent un livre regroupant toutes ses productions écrites. C'est la possibilité pour lui de faire un retour en arrière sur sa jeunesse et de se remémorer l'importance d'un homme en particulier : son professeur. La différence d'âge entre les deux hommes est annihilée grâce à l'acquisition de connaissances et la pensée purement intellectuelle de leurs échanges. Prenant le récit à rebours, Zweig induit une réflexion qu'il utilise souvent et qui décortique paradoxalement les sensations au moment où elles se produisent ... Il est bien sûr utopique de la part de Roland de ne pas se rendre compte que seule l'admiration n'était pas de mise dans leur relation, mais le lecteur est dans la même optique. Ce n'est que lorsqu'il succombe à la tentation que les sentiments se dévoilent... et que la confusion est à son paroxysme ! J'adore toujours autant le style et la façon de mettre en mots des sentiments et tout ce qui touche aux sens, au trouble induit entre personnes du sexe opposé ou du même sexe, et même si tous ses écrits tournent autour de ce thème, c'est toujours un renouveau, une découverte que de plonger dans un roman de Stephan Zweig.