Vous êtes ici

29 Janvier 2013

Nouvelles aventures réussies pour l'espion de Delalande

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page
Nouvelles aventures réussies pour l'espion de Delalande

Avec Notre espion en Amérique (Grasset), Arnaud Delalande clôt une série de polars historiques qui est actuellement l’une de meilleures du genre. 

Arnaud Delalande en un clin d’œil : 

 

Né à Lusaka, en Zambie, en 1971, Arnaud Delalande œuvre à la fois dans le roman, la bande dessinée et le scénario de films. Lire la biographie d'Arnaud Delalande.

 

Pourquoi on aime "Notre espion en Amérique" : 

 

Ne parlez pas à Delalande de se cantonner à un domaine : l’homme ne s’ébroue que dans le mélange des genres. Scénariste tous terrains, en bande dessinée comme au cinema (Krach, de Fabrice Genestal), il pétrit avec bonheur des influences aussi diverses que le thriller à la Seven, le polar historique à la Parot (en beaucoup mieux…), le roman d’horreur à la Stephen King ou l’espionnage à la James Bond. Avec Pietro Viravolta, il a trouvé son personnage fétiche, un espion du XVIIIe siècle qui connait ici sa quatrième (et dernière, dit l’auteur…) aventure. Notre agent s’y retrouve embarqué en pleine guerre d’indépendance américaine, aux côtés de Georges Washington et La Fayette, qu’il soutient, et des espions anglais, qu’il combat sans vergogne.
 
 
Documenté sans  être pesant, fantaisiste sans être absurde, insolite sans être invraisemblable, Notre espion en Amérique (Grasset) joue avec bonheur sur les terres de Iain Pears et d'Arturo Perez-Reverte, première époque. C’est le jeu entre le détail du passé et la référence au présent - ainsi le personnage réel de Marienne, inventeur de la maison du roi, devient il ici un inventeur de gadgets à la Q, le célèbre compagnon de James Bond - qui fait tout le prix de ce roman, qui s’essaie aussi en montrant la naissance des idéaux repris par la révolution française à en dire un peu plus que le simple divertissement.
 

La page à corner :

Dans le chapitre "Washington nous voilà", p. 129, l’un des héros est présenté à Lafayette, en présence du roi d’Angleterre : "Et alors même que le roi d’Angleterre recevait son hommage, Gilbert songea à cette phrase de Thomas Paine : 'Un seul honnête homme est plus précieux à la société et au regard de dieu que tous les coquins couronnés de la Terre'. Tout le caractère paradoxal et révolutionnaire de ce qui se passait aujourd’hui en Amérique éclatait soudain là, devant lui, alors que le jeune La Fayette faisait face à celui qu’il se préparait à combattre, à l’autre bout du monde".
 
 

"Notre espion en Amérique" dans la presse : 

 

"Notre espion en Amérique d'Arnaud Delalande constitue le parfait viatique pour les lecteurs qui affectionnent les livres volumineux propices à la lecture en transports en commun et surtout, les romans d'aventure sur fond historique.", Froggy’s delight.
 
 
Hubert Prolongeau 
Le Piège de Dante
1756. La Venise des Lumières. Un meurtre atroce –une crucifixion– est commis en plein cœur d’un théâtre de la Sérénissime. Pour mener l’enquête, le Doge fait libérer Pietro Viravolta, aventurier et séducteur, qui croupit dans une geôle aux côtés de Casanova… Ses...
Paru le : 
09 Janvier 2008

Conseils de lecture précédent

Conseils de lecture suivant