Vous êtes ici

20 Août 2013

Karine Tuil : mensonges, trahisons et vies inventées

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page
Karine Tuil : mensonges, trahisons et vies inventées
Quand j'étais drôle
À la question : « Quel pourrait être l’avenir d’un comique français paranoïaque et sans emploi, accompagné d’un chien névrosé et d’une ancienne communiste, dans un pays en croisade contre le Mal ? », Jérémy Sandre, dit Jerry Sanders à la scène, pourrait répondre sans se...
Paru le : 
27 Août 2008

Manipulation et impostures identitaires sont au cœur de L'invention de nos vies (Grasset), ambitieux roman de Karine Tuil sur les rapports de domination contemporains. 

Karine Tuil en un clin d’œil :

Karine Tuil est un écrivain et metteur en scène français. L’invention de nos vies (Grasset) est son neuvième roman. Lire la biographie de Karine Tuil.
 

Pourquoi on aime "L’invention de nos vies" :

 

Jusqu’où peut-on aller dans le mensonge sans risquer de se perdre soi-même ? C’est la question que se pose Karine Tuil dans son neuvième opus, L’invention de nos vies, roman phare de la rentrée littéraire. On y découvre Sam Tahar, jeune et séduisant avocat à qui tout semble sourire : ténor du barreau de New-York, sa fortune est faite tout comme sa position sociale qu’il doit à un "beau mariage" avec une riche héritière juive.

 


Or, ce succès insolent repose sur un mensonge : vingt ans plus tôt, Samir, fils d'immigrés tunisiens, n’a pas hésité à se faire passer pour juif en changeant deux lettres de son prénom et à s'offrir ainsi une nouvelle vie. Pour accréditer ce mensonge, il pille le passé de son ami d’enfance, Samuel, écrivain raté au bord de la dépression dont la seule fierté est d’avoir ravi à Samir la belle Nina – devenue sa femme – en menaçant de se suicider par amour pour elle.

 


Au faîte de la gloire, Samir va être rattrapé par ce passé et par ce petit mensonge devenu une énorme imposture. Lorsque Nina et Samuel débarquent à nouveau dans sa vie, toutes ses certitudes volent en éclat et c'est la déflagration. "Avec le mensonge on peut aller très loin, mais on ne peut jamais en revenir" nous rappelle alors Karine Tuil citant un proverbe yiddish qui illustre le destin de ce trio complexe, attachant et malmené par la vie.

 


La romancière n’oublie pas d’apporter à son récit une touche d’humour bienvenue avec des notes de bas de pages astucieuses qui donnent une saveur toute particulière à ce petit pavé de 493 pages. Du souffle, du suspens, de l’humour et de l’analyse : voici donc les ingrédients de ce roman ambitieux où Karine Tuil entend cibler les dérives de nos ambitions contemporaines.

 

 

Le regard critique:

 

Si certains choix peuvent parfois paraître un peu caricaturaux - banlieues abandonnées, dérives sécuritaires post- 11 septembre, camps d’entrainement "djihadistes" au cœur de la forêt de Fontainebleau - l’ensemble reste suffisamment bien maîtrisé pour offrir un beau roman social à la fois subtil et intelligent.

 

 

La page à corner :

 

Charismatique, secret, travailleur, Sam Tahar est avant tout un insatiable séducteur, obsédé par le besoin de plaire et de dominer : "Samir l'observe et regrette aussitôt d'avoir séduit d'autres femmes ; de la tromper dès que l'occasion se présente, obéissant à des pulsions que sa nature semble lui imposer sans qu'il puisse y résister, comme s'il était l'otage de ses obsessions, de son propre corps qui désire posséder/jouir/désirer sans entraves, assouvissant ses fantasmes avec une liberté qui l'angoisse autant qu'elle l'impressionne. C'est plus fort que lui. Son comportement avec les femmes ? Offensif toujours : prêt à passer à l'acte, incapable de se maîtriser totalement ; en public, en privé, toujours que le qui-vive, matant chaque femme qui pénètre dans une pièce, cherchant dans leur regard une raison d'espérer plus. Parfois même, il les repère dans les médias et leur écrit pour les inviter à déjeuner, j'aime votre travail - des romancières surtout, dont il traque les photos dans les pages littéraires du New Yorker." (p.69)

 

 

"L’invention de nos vies" dans la presse :

 

"Karine Tuil mêle à une acuité toute balzacienne le rythme effréné et le ton du reportage propres au "romanquête" à l’américaine, sonde sans répit la comédie sociale (y compris celle des écrivains), démonte les ressorts du succès à l’heure de Youtube, tout en gardant un œil sur la marche de notre monde globalisé. Une vraie réussite." La Vie

 


"On pourrait dire de L'invention de nos vies qu'il raconte un triangle amoureux. On pourrait dire qu'il est un roman social, magnifiquement contemporain dans sa façon de sonder les rapports de classe au XXIe siècle, terrible dans sa description d'un monde de prostitution généralisée. (…) On pourrait dire, enfin, qu'il est merveilleusement écrit, sans effets, sans clinquant." Le Point

 


"Rarement, une fiction a donné à découvrir autant de personnages possédant une telle densité psychologique: ils sont complexes, changeants, incohérents, attachants et agaçants. Comme dans la vie. (…) Karine Tuil raconte les désillusions d'une existence. Beaucoup ont raté leur chance. C'est cruel, expéditif, fort." Le Figaro

 


"Il faut saluer l’enthousiasme, la fougue, le tempérament, l’ambition, de Karine Tuil qui, sur près de 500 pages, fait se lever un maelström de sujets : le cynisme de l’époque, la quête d’identité, l’ambition et ses perversions, le succès et son envers, la frénésie sexuelle, le terrorisme, la corruption, Wall Street – on en passe..." Les Echos

 


Olivier Simon

A lire aussi

"Le Cerf-volant" : le nouveau roman de Laetitia Colombani en librairie

09 Juin 2021

Direction le Golfe du Bengale avec Laetitia Colombani et son nouveau roman intitulé Le Cerf-volant (Grasset).
Pierre Lemaitre : son roman "Miroir de nos peines" disponible au Livre de Poche

09 Mars 2021

Miroir de nos peines , dernier roman de la trilogie de l'entre-deux-guerres signée Pierre Lemaitre, a paru au Livre de Poche ce mercredi 3 mars...
Replay : revoyez le Facebook Live de Monica Sabolo

05 Mars 2021

Revoyez le Facebook Live de Monica Sabolo, diffusé le jeudi 4 mars 2021.