Vous êtes ici

07 Juillet 2016

"Flow" : récit de vie touchant d’un jeune garçon en quête de réponses

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page
"Flow" : récit de vie touchant d’un jeune garçon en quête de réponses
Flow - Tome 1
Avis des lecteurs : 4/5 4 Donner un avis
Josh, 16 ans, souffre de crises de migraine depuis son enfance. Son entrée au lycée va le troubler plus qu’il ne s’y attendait. Les migraines, qui l’avaient épargné pendant longtemps, recommencent à le malmener. Il finit par en comprendre la...
Paru le : 
01 Juillet 2016

Un lycéen qui tente de comprendre l’étendue de ses capacités et de résoudre l’énigme de la disparition de sa mère, un agent du FBI que rien n’arrête, des pouvoirs inattendus… Voilà les ingrédients avec lesquels Mikaël Thévenot fait un savoureux mélange dans Flow, son premier roman, paru aux éditions Didier Jeunesse. 

Mikaël Thévenot en un clin d’œil :

Mikaël Thévenot est né en 1977. Après avoir vécu dans diverses villes telles que Manchester, Lille, Perpignan et notamment Poitiers, ville où se déroule l’histoire, il vit désormais à Montpellier. Grand passionné de musique, il a participé à plusieurs projets musicaux en tant que guitariste ou batteur. Il se lance maintenant dans une nouvelle aventure avec l’écriture d’une série pour adolescents, et publie Flow, son premier roman.

Pourquoi on aime Flow ?

L’histoire est à première vue d’un ordinaire charmant : un jeune garçon prénommé Josh, né au Etats-Unis, entre au lycée à Poitiers.

 

Si l’histoire paraît ordinaire a priori, Mikaël Thévenot nous prouve au fil des pages qu’elle regorge de mystères. Ayant perdu sa mère très jeune, Josh n’a pas beaucoup de souvenirs d’elle. Elle lui a malgré tout laissé un bel héritage : des migraines. Durant toute son enfance Josh les subit sans trop savoir quelle en est l’origine. C’est lors de sa première année au lycée qu’il découvre qu’il n’est pas un garçon si ordinaire : il peut lire dans les pensées des gens.

 

Désemparé par sa découverte, il décide de le gérer à sa manière : il l’écrit sur son blog. Un mystérieux internaute dont il ne connaît rien lui explique qu’il connaît ce phénomène et qu’il peut l’aider. Il lui explique qu’il s’agit d’une véritable connexion aux cerveaux des gens. Il peut se connecter au "flow" et ainsi connaître les pensées les plus intimes, mais également les souvenirs de n’importe qui. S’il ne veut plus subir d’épisodes migraineux, il doit arriver à maitriser le "flow".

 

Josh s’amuse alors à entrer en connexion avec les souvenirs des passants mais aussi ceux de son père lorsque celui-ci est endormi, ce qui lui permet de revoir enfin sa mère. Et c’est avec l’aide de son ami Axel, un petit génie de l’informatique, qu’il part à la découverte de l’identité de l’internaute inconnu et si mystérieux…

 

En parallèle de cette histoire, Mikaël Thévenot nous emmène 12 ans plus tôt, dans les bureaux du FBI, à New York, avec l’agent Kyle Chester. Emu par l’histoire de la famille Gambo, d’une tristesse accablante, il persévère et décide de mettre toute son énergie dans cette affaire, même lorsque son chef lui interdit d’aller plus loin et qu’il s’aperçoit que l’enquête a été remise à la CIA…

 

Flow est un roman jeunesse dynamique, aux personnages d’une authenticité remarquable, presque réels. Le lecteur se sent comme pris au piège dans ce drame qui accompagne la famille Gambo, au-delà de l’Atlantique, et au-delà du temps. Véritable récit de vie, Flow tient sa promesse et nous entraine, nous aussi, dans le flow.

La page à corner :

Josh, le personnage principal de Flow s’apprête à découvrir les raisons de ses épisodes migraineux et l’étendue de ses capacités.

"Tous les élèves de seconde étaient rassemblés dans l’immense salle d’examen du lycée. Les sujets furent distribués et un silence de mort s’installa. La première épreuve commune de mathématiques venait de commencer.

"…peut-être laisser ça pour la fin…"

Josh tourna la tête sur sa droite.

"…j’aurais peut-être dû y passer plus de temps…"

La voix, légèrement plus grave et également moins forte, semblait venir de sa gauche à présent.

"merde ! Je vais me faire tuer… je comprends que dalle, j’vais m’prendre une caisse…cool ! Bon, si on attribue à la variable X une valeur comprise entre…"

Josh tourna la tête à droite, puis à gauche et encore à droite.

"…j’vais faire ça tout de suite, ça sera fait. Quatre heures, c’est un truc de fou, j’ai fini dans vingt minutes "

Un surveillant s’était levé et semblait se diriger vers lui. Il se rapprochait de plus en plus. Oui, c’était bien lui qu’il venait voir. Il s’arrêta devant sa table et inspecta l’étiquette qui y était collée.

"Monsieur Gambo vous êtes sûr que tout va bien ? Vous voulez peut être que je vous aide ?" demanda-t-il à voix basse ?

Josh réalisa que son attitude devait avoir l’air suspect. Le ton que le surveillant avait employé était en tout cas sans équivoque. Axel, presque au fond de la salle, observait la scène d’un perplexe.

"Heu non, non, ça va. C’est juste que …"

A ce moment-la, Josh ressentit une douleur très aiguë.

"Putaaaaiiiin !!!! jura-t-il en s’enfouissant la tête entre les mains.

- Je vous demande pardon ?

- Excusez-moi ! Je crois que j’ai un début de migraine. Mais ça va aller, ça va aller.

- Qu’est-ce que vous avez à vous agiter dans tous les sens ? On dirait que…"

Le surveillant ne savait plus s’il devait réprimander Josh ou bien prendre son histoire de migraine au sérieux. Il n’avait pas l’air de jouer la comédie. Ou alors il était extrêmement doué.

"Bon, voici ce qu’on faire. Vous essayez de continuer à travailler, en gardant les yeux sur votre feuille cette fois-ci, et si ça ne va pas, vous venez nous voir. L’infirmerie est fermée mais on peut appeler vos parents et s’ils le peuvent, ils viendront vous chercher.

- D’accord"

Le surveillant dit demi-tour et regagna sa place pendant que Josh essayait de se concentrer sur le sujet d’examen qu’il avait devant lui. Son mal de tête ne semblait toutefois pas vouloir se calmer et après quelques minutes seulement, les voix qu’il avait entendues reprirent de plus belle.

"…la courbe devrait atteindre… il est trop en panique, lui… qu’est-ce qui lui arrive à celui-là… si x=2y alors … …. Elle est vraiment mignonne, cette fille… ouais mais alors y n’est plus égal à …. …il hallucine complet…"

Josh se retourna et croisa le regard de l’élève assis derrière lui sur la gauche. Il était sûr qu’il venait juste de parler de lui. Il n’en pouvait plus. Il avait l’impression que sa tête était en ébullition et qu’elle allait exploser. Il se décida à se lever, mais apparemment ses jambes n’avaient pas très bien compris son intention. Il refit un essai et, malgré le manque de soutien de ses membres inférieurs, se dirigea tant bien que mal vers le bureau central où se trouvaient deux professeurs. Madame Piguel se précipita vers lui, s’apprêtant à le rattraper s’il venait à tomber.

"Ca va, Josh ? C’est une migraine, c’est ça"

- Il faut appeler mon père. Il faut que je rentre."

Madame Piguel, le professeur principal de sa classe, à qui Cosimo avait tout expliqué en début d’année, conduisit Josh dans un couloir où elle le laissa s’asseoir par terre. Elle lui demanda le numéro de téléphone de son père. Sans dire un mot, Josh prit son portable, chercha son père dans le répertoire et appuya sur le bouton d’appel. Il lui tendit le téléphone.

Josh ne pouvait plus parler. Chaque mot lui aurait causé une douleur insupportable. Il n’avait jamais eu aussi mal. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Il pensa à sa mère dont il avait hérité ces charmants épisodes migraineux, puis la douleur l’obligea à penser à autre chose. A n’importe quoi. A rien. Il avait mal. Le noir. Le silence. Il lui fallait sa chambre. Le noir. Le silence.

Quand il arriva, Cosimo échangea quelques mots avec madame Piguel qui avait bien besoin d’être rassurée, puis il saisit doucement Josh par le bras pour lui faire comprendre qu’il était là et lui signaler qu’ils s’en aillaient.

Le temps et l’expérience avaient instauré entre Josh et son père des règles de communication spécifiques à ce genre de situation. Cosimo savait exactement ce dont Josh avait besoin et Josh de son coté savait que son père maitrisait parfaitement le protocole. Aucun mot n’était échangé. Josh se laissait guider par son père, dont la mission était de le ramener le plus vite et le plus silencieusement possible à la maison.

Une fois dans sa chambre, Josh s’étala sur le lit et Cosimo, après avoir fermé les volets, sortit doucement en refermant la porte derrière lui.

Le noir. Le silence."

 

Marion Epinette

A lire aussi

"Le Prince cruel" : le roman d'Holly Black disponible aux éditions Rageot

01 Septembre 2020

Numéro 1 des ventes du New York Times, Le Prince cruel d'Holly Black arrive enfin en France. Disponible aux éditions Rageot le 2 septembre...
Twilight : Stephenie Meyer annonce la sortie d'un nouveau roman, "Midnight Sun"

05 Août 2020

Plus de dix ans après la parution du dernier tome de la saga Twilight , Stephenie Meyer publie un nouveau volet ce 5 août 2020, aux éditions Hachette...
"La Ville sans vent" d'Eléonore Devillepoix : le coup de cœur de la librairie Privat à Toulouse
Marie Bailly de la librairie Privat à Toulouse a eu un coup de cœur pour La Ville sans vent , le premier roman d'Eléonore Devillepoix publié aux...