Vous êtes ici

27 Novembre 2019

"Silence, on cogne" : le témoignage ahurissant d’une femme de gendarme victime de violences conjugales

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

Victime de violences conjugales pendant plusieurs années, Alizé Bernard témoigne aujourd’hui dans un saisissant récit intitulé Silence, on cogne (Grasset) de son calvaire et du tabou de porter plainte contre son conjoint alors gendarme. S’ajoutent à son cas d’autres voix recueillies par Sophie Boutboul et qui font état d’un constat plus qu’alarmant sur l’impunité dont peuvent bénéficier les représentants de l’ordre dans pareilles situations.

On ne le sait désormais que trop : de nombreuses femmes victimes de violences conjugales ont du mal à parler et à se faire entendre. Mais imagine-t-on le calvaire dans les cas où le conjoint violent est lui-même issu des rangs de la gendarmerie ou de la police ? C’est ce qui est arrivé à Alizé Bernard qui témoigne aujourd’hui dans un texte essentiel intitulé Silence, on cogne (Grasset) du tabou d’autant plus prégnant de porter plainte dans ce contexte.

 

Intimidations, tentatives de dissuasion, absence de sanction…

 

Passées plusieurs semaines de silence enfermée dans une caserne, dans la honte et dans la peur, elle admet finalement qu’elle subit de graves violences dont elle fait état dans l’interview ci-dessous accordée à Konbini. Alizé se résout alors à alerter les autorités. Là, c’est une nouvelle lutte qui se met en place face aux intimidations de son conjoint, aux tentatives de dissuasion de certains gendarmes, aux procédures non respectées, à l’absence de sanction hiérarchique ou encore à l’indulgence de certains juges pour un coupable issu de la profession.

 

Une grave situation d’impunité

 

Cette situation d’impunité gravissime pour les victimes exposées à des conjoints dangereux, parfois en possession d’une arme de service, Alizé a souhaité la faire voler en éclats en se confiant à Sophie Boutboul qui a par ailleurs recueilli le témoignage d’autres femmes dans la même situation. Elle expose, au passage, les failles d’un système qui ne pense pas la place des femmes auprès d’hommes exposés à la violence et les risques que cela implique.

 

Ouvrir le débat sur des violences particulières

 

Au lendemain de la grande marche contre les violences faites aux femmes organisée par le collectif #Noustoutes et qui a réuni pas moins de 150 000 personnes dans toute la France ce samedi 23 novembre, ce récit ouvre le débat sous un autre jour, proposant des pistes de réflexion et des solutions pour protéger les victimes de ces violences bien particulières.

 

N.S

A lire aussi

"L'Écoféminisme en questions" : un nouveau regard sur le monde

22 Avril 2021

Ce jeudi 22 avril, c'est la journée de la Terre. À cette occasion, les éditions La Plage vous offrent un extrait exclusif de leur nouvel ouvrage...
Replay : retrouvez le live de Guillaume Meurice

20 Avril 2021

Guillaume Meurice, auteur du livre Le roi n'avait pas ri (JC Lattès), était en live sur notre page Instagram lundi 19 avril...
"Les promesses" : Amanda Sthers adapte son roman au cinéma

19 Avril 2021

Silence ça tourne ! L'auteure, productrice et réalisatrice, Amanda Sthers, démarre le tournage de son propre roman en Italie et à Londres. Paru...