Vous êtes ici

29 Juillet 2020

Gisèle Halimi : l'icône féministe se livre dans "Une farouche liberté", avec Annick Cojean

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page
Gisèle Halimi : l'icône féministe se livre dans "Une farouche liberté", avec Annick Cojean

Gisèle Halimi, décédée ce 28 juillet, se raconte une dernière fois dans Une farouche liberté, recueil d'entretiens menés par la journaliste Annick Cojean, disponible aux éditions Grasset le 19 août prochain.

Grande défenseuse de la cause des femmes, l'avocate Gisèle Halimi, décédée ce 28 juillet 2020, laisse derrière elle une vie riche en combats militants. Son amie Annick Cojean, journaliste, fait entendre une dernière fois sa voix à travers une série d'entretiens à découvrir dans Une farouche liberté, disponible aux éditions Grasset le 19 août prochain.

 

Gisèle Halimi, une vie de combattante

Gisèle Halimi aura vécu 93 ans. 93 années de combats menés tambour battant, pour assurer à tous, et plus particulièrement aux femmes, de toujours vivre libres.

Après une enfance à Tunis, la jeune Gisèle s'installe rapidement à Paris où elle devient avocate. Dans les années 1960, elle milite pour l'une des premières causes qui lui tient à coeur : l'indépendance de la Tunisie et de l'Algérie. Elle pointe du doigt le comportement de l'armée française et prend notamment la défense, avec l'appui de Simone de Beauvoir, de Djamila Boupacha, militante du FLN torturée et violée par des soldats français en détention.

 

Une icône de la cause féministe

Dans les années 1970, Gisèle Halimi s'engage dans un nouveau combat : la dépénalisation de l'avortement. En 1971, elle signe le Manifeste des 343 pour que les femmes n'aient plus à avorter clandestinement. Elle profite de la médiatisation du procès de Bobigny un an plus tard pour souligner la nécessité pour toutes les femmes de pouvoir avorter librement. Valéry Giscard d'Estaing sera sensible à ces arguments et promulguera la loi Veil en 1975.

S'ouvre alors un nouveau chapitre dans le parcours militant et très engagé de Gisèle Halimi : aux côtés de son mouvement fondé avec Simone de Beauvoir et nommé Choisir la cause des femmes, elle se bat pour que le viol soit reconnu comme un crime et non plus comme un simple délit. Elle remportera une nouvelle fois cette bataille en 1980, avec l'adoption d'une loi criminalisant le viol et l'atteinte à la pudeur.

 

Une farouche liberté

La vie de Gisèle Halimi a toujours été rythmée par ses engagements. Pour pouvoir transmettre cet activisme indéfectible, son amie Annick Cojean, journaliste, a tenu à écouter cette voix militante à l'origine de nombreux débats et de grandes avancées légales.

Le recueil de leurs entretiens sera publié le 19 août prochain aux éditions Grasset. Et quel meilleur hommage que ce livre, dont le titre résume simplement ce qui a toujours conduit la vie et les combats de Gisèle Halimi : Une farouche liberté ?

 

Shannon Humbert.

A lire aussi

La rentrée littéraire 2020 du Livre de Poche

22 Septembre 2020

Le Livre de Poche fait sa rentrée littéraire. Petit tour d'horizon des romans à ne pas manquer...

17 Septembre 2020

Sa sortie mondiale est l’événement éditorial de cette fin d’année. Le premier tome des mémoires du 44e Président des États-Unis, intitulé...

15 Septembre 2020

Le jury du prix Décembre vient d'annoncer sa sélection. Qui succèdera à Claudie Hunzinger , lauréate du pric Décembre 2019 pour Les Grands cerfs...